Pays sous les projecteurs : la Turquie

En 2018, une crise financière a stoppé net la croissance de l’économie turque – après près de 20 ans d’ascension. La crise sanitaire au printemps 2020 a anéanti la légère reprise amorcée en 2019. Malgré cette incertitude économique, le trafic de Transuniverse Forwarding est en hausse. Il a même atteint cette année des niveaux inégalés.

 

« La Turquie est l’un des premiers pays à avoir été desservis par Transuniverse. Toutefois, lorsque j’ai commencé à travailler pour ce service il y a presque 30 ans, les volumes vers ce pays étaient encore faibles : ils étaient bons pour un demi camion par semaine. Depuis 2000, l’économie turque a connu une forte croissance et notre trafic a évolué en conséquence. En 2013, ces flux ont reçu un nouvel élan grâce à un partenariat avec le groupe EKOL, leader du marché dans ce pays. Cela nous a permis d’accéder non seulement à davantage de capacité, mais aussi à son réseau de distribution en Turquie. Aujourd’hui, nous assurons pas moins de 22 à 23 départs de camions par semaine », dit Daisy Veldeman, Senior Traffic Operator pour la Turquie chez Transuniverse.

 

« Nous avons bien sûr ressenti l’impact de la crise financière en 2018, de même que celui de la crise du coronavirus. Mais nos trafics se sont aujourd’hui rétablis. La tendance à la hausse se poursuit d’ailleurs. Début décembre, nous avions déjà atteint les volumes de toute l’année 2019 avec au total 1.000 camions à l’export et 1.200 camions à l’import », ajoute Guy Van Assel, responsable export Turquie.

 

« Dans le passé, le rapport entre les exportations et les importations était de 60/40. En raison de la forte dépréciation de la livre turque, le rapport est désormais inversé. Mais nous ne pouvons pas nous plaindre : les exportations depuis la Belgique – surtout des pièces détachées et des produits semi-finis – restent dynamiques. Le trafic est donc presque équilibré, ce qui est favorable pour l’offre aux clients », ajoute Guy.

 

Davantage de fluctuations

Daisy confirme que ce quasi-équilibre est bénéfique pour la qualité du service. « C’est bon pour la capacité, de sorte que nous avons pu attirer de nouveaux clients. Le planning, par contre, est plus difficile : auparavant les périodes chargées étaient plus régulières. Maintenant, les fluctuations sont plus fréquentes et plus rapides ».

 

« Actuellement, les temps de transit sont d’environ 6 jours par la route et de 8 à 9 jours par intermodal. Depuis la crise sanitaire, cependant, il est un peu plus difficile de respecter ces délais, entre autres parce que les temps d’attente aux frontières peuvent varier », ajoute Daisy.

 

« Le trafic intermodal sur la Turquie est en hausse. Dans ce cas, les camions partent de la Belgique vers Cologne, où ils prennent le train jusqu’à Trieste en Italie, puis le bateau jusqu’au port de Yalova près d’Istanbul. L’intermodal est un peu plus lent que la route, mais il est beaucoup plus durable. De plus en plus d’entreprises optent pour cette solution verte », note Guy.

 

Croissance économique…

Le fait que le trafic à destination et en provenance de la Turquie se soit maintenu à un niveau élevé ces dernières est une prouesse, ainsi que le révèle l’analyse de l’économie turque.

 

À partir de 2000, la Turquie a connu d’importants progrès sociaux et économiques, faisant d’elle un pays à revenu ‘moyen supérieur’. En 2018, le vent a tourné en raison d’une crise financière qui a provoqué une récession. Une timide reprise a suivi en 2019, mais elle a été anéantie en 2020 par la pandémie.

 

Avant la crise financière de 2018, le gouvernement turc travaillait sur le long terme et mettait en œuvre des réformes ambitieuses dans différents domaines, dont le commerce extérieur. Ainsi, la Turquie tentait de se rapprocher de l’UE, ce qui s’est traduit par une harmonisation accélérée des lois et des règlements. Même la crise mondiale de 2008/2009 n’a guère ralenti la croissance de l’économie turque.

 

… et renversement de dynamique

Depuis 2018, toutefois, la Turquie ne se porte pas vraiment bien. Cette année-là, l’inflation a bondi un niveau record de près de 25 %. Aujourd’hui, elle est toujours officiellement de 12%, mais les experts estiment qu’elle est plus haute. Le taux de chômage est également élevé (14%) et le chômage des jeunes est encore plus dramatique (26%). Malgré le « nouveau programme économique » visant à stimuler les exportations et à réduire les dépenses, le déficit budgétaire n’est toujours pas sous contrôle. En plus de cela, les investissements ont chuté : de nombreux investisseurs étrangers ont perdu confiance en la politique du gouvernement turc.

 

La livre turque s’est légèrement redressée après une lourde perte en août 2018, mais elle n’a cessé de baisser depuis la fin de 2019. Aujourd’hui, elle est tombée à un niveau historiquement bas : en deux ans, la monnaie a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport à l’euro. En conséquence, les importations en provenance d’Europe deviennent très chères.

 

Bien que cette dépréciation eût pu favoriser les exportations, les chiffres ont baissé. De plus, son effet favorable sur le tourisme a été annihilé par la crise sanitaire. Les touristes évitent la Turquie. Les deux bastions de l’économie turque sont donc dans de graves difficultés. En 2020, le PIB a diminué de 5,0 % et cette année, il s’est tout juste rétabli (+5,0%). Les prévisions les années prochaines sont modestes : +4,0% pour 2022 et +3,5% pour 2023.

 

La Turquie en bref

  • Nom officiel : République de Turquie
  • Capitale : Ankara (3,517 millions d’habitants)
  • Superficie : 783.562 km² (26 x la Belgique)
  • Nombre d’habitants : 84,7 millions
  • Chef d’État : Recep Tayyip Erdoğan (président)
  • Chef du gouvernement : Recep Tayyip Erdoğan (président)
  • Monnaie : Livre turque (100 TRY – 6,4 EUR)
  • Villes importantes : Istanbul (14,8 millions d’habitants), Ankara (3,5 millions), Izmir (2,5 millions), Bursa (1,4 million), Adana (1,2 million).
  • PIB : 761 milliards USD (533 milliards USD en Belgique)
  • PIB/habitant : 9.127 USD (46.414 USD en Belgique)

 

Source : Flanders Investment & Trade

 

play_circle_filled

En haut